Dans une société marquée par de fortes inégalités sociales, ATD Quart Monde rappelle l’importance pour les plus pauvres de partir en vacances et lance une campagne nationale d’appel aux dons « Partir pour repartir » afin de soutenir son action dans ce sens.

Le Mouvement accompagne des familles en situation de précarité dans leur projet et accueille aussi des familles et des personnes isolées dans sa maison de vacances familiales de La Bise, dans le Jura, pour laquelle une rénovation est en cours.



A-t-on idée de ce qu’endurent au quotidien les familles en situation de grande pauvreté ?

Les parcours d’errance entre bouts de trottoir, squats, hôtels, hébergements d’urgence et logements insalubres, les conditions de travail précaires et humiliantes, les parcours scolaires chaotiques, la santé qui prend des coups… Et par-dessus le marché, le mépris de certains qui mettent en cause jusqu’à leurs qualités d’êtres humains.

Quand la dignité et des droits aussi fondamentaux sont piétinés, parler du droit aux vacances peut sembler superflu. Et pourtant, qu’est-ce qui mieux que des vacances, permet de sortir de l’enfermement dans un quotidien de lutte pour la survie ?

Les familles nous disent l’importance de ces moments de bonheur et de retrouvailles qui peuvent parfois changer la vie, où elles s’autorisent à souffler pour mieux repartir ensuite. « Cela m’a redonné du punch pour retrouver un logement, refaire les papiers, rechercher un emploi, cela a changé plein de trucs dans nos relations avec le petit, explique une personne à son retour. En leur montrant notre petit album de photos des vacances, on a aussi fait connaissance avec nos voisins. »

ATD Quart Monde mène campagne pour rendre effectif le droit aux vacances affirmé dans la loi relative à la lutte contre les exclusions de 1998. Mais on piétine, voire on régresse. Les vacances pour tous ne sont pas une priorité comme en témoigne la baisse des budgets alloués.

Pour faire un don : atdqm.fr/DonVacances