Elle met ainsi en lumière une baisse significative des créations accompagnée d’une forte hausse des disparitions d’entreprises sur la période 2011-2014.



Un recul des créations d’entreprises, plus important dans le Photovoltaïque

Depuis 2011, la population d’entreprises actives dans les Energies renouvelables diminue, et ce, après une augmentation significative du tissu entrepreneurial de 2006 à 2010 (+38,5% d’entités actives). Concrètement sur la période 2011-2014, le nombre d’entreprises créées se réduit considérablement. Cette baisse peut s’expliquer principalement par deux facteurs :

  • Le Photovoltaïque, branche la plus représentative des Energies renouvelables en nombre d’entreprises (67% des intervenants déclaraient cette activité en 2010), a subi un retournement conjoncturel important avec une concurrence exacerbée à l’international particulièrement venant d’Asie, une baisse des prix de rachat de l’énergie solaire et l’abandon de grands projets de centrale au sol.
  • Des turbulences dans l’Eolien se traduisent par un ralentissement des nouvelles installations, principalement en raison de la frilosité des investisseurs, d’une baisse de la demande à l’international et enfin, d’une large opposition des populations riveraines des sites d’implantation d’éoliennes.

Capture d’écran 2015-11-24 à 15.28.04

 

De plus en plus d’entreprises disparaissent

L’étude montre une forte hausse des disparitions d’entreprises. Plus précisément, le nombre de cessations a été multiplié par 3 et celui des liquidations judiciaires par 7 entre 2010 et 2014.

Cette évolution résulte d’une part, des conséquences générales de la crise de 2009 qui a durablement freiné les investissements publics et privés corrélé à une baisse des dépenses énergétiques, et d’autre part, des crises sectorielles principalement du

Photovoltaïque et de l’Eolien, activités qui représentent respectivement 53% et 16% des disparitions d’entreprises.

Par ailleurs, sur l’ensemble des activités, les entreprises disparues sont principalement celles déclarant une seule activité dans les Energies renouvelables. Dans un contexte conjoncturel difficile, ne développer qu’une seule activité dans les Energies apparaître comme un facteur de risque supplémentaire.

 

Capture d’écran 2015-11-24 à 15.27.55