Les travaux d’extension de la manufacture Jaeger-LeCoultre se poursuivent à un rythme soutenu et le nouveau bâtiment ouvrira ses portes le 1er décembre 2009. A cette date, une nouvelle surface de production de 9000 m2 viendra s’ajouter aux 16’000 m2 existants pour répondre aux exigences posées par l’essor continuel de la marque.

Manufacture Jaeger-LeCoultre

Afin de préserver l’exceptionnel cadre naturel qui a contribué à forger son légendaire esprit d’innovation, la Grande Maison de la Vallée de Joux démontre son engagement concret dans le développement durable par l’obtention de deux labels qui attestent de la qualité écologique de la nouvelle réalisation architecturale : d’une part, le certificat Minergie délivré aux bâtiments qui assurent un niveau de confort élevé pour une faible consommation énergétique et, de l’autre, le label hydro-locale, qui garantit une alimentation en électricité produite par une énergie hydraulique
renouvelable, produite localement avec les eaux du lac de Joux.
Les certificats Minergie et Minergie éco

Soutenue conjointement par la Confédération, les cantons et les milieux économiques, l’association Minergie a édicté une série de critères qui prennent en compte les exigences du développement durable dans le secteur de la construction. Pour un bâtiment à usage industriel,
les normes Minergie associent des conditions de travail idéales à une faible consommation énergétique. Elles comprennent essentiellement une enveloppe de protection au coefficient d’étanchéité élevé afin de prévenir l’infiltration d’air froid ainsi qu’une excellente isolation thermique pour éviter les déperditions de chaleur en hiver ou une chaleur excessive en été.

En outre, elles prévoient aussi un système d’aération contrôlé pour assurer le renouvellement de l’air sans qu’il soit nécessaire d’ouvrir les fenêtres et perdre ainsi les avantages offerts par l’étanchéité et l’isolation. Dans les conditions particulières de la Vallée de Joux, qui s’étend à une altitude de 1000 mètres, l’enveloppe de protection doit également résister aux assauts d’un vent parfois violent.
L’excellente isolation thermique doit éviter toute déperdition de chaleur à travers les murs, la toiture et les fenêtres. Pour satisfaire à cette exigence, les architectes ont prévu une isolation sous radier complémentaire à l’isolation périphérique et la pose d’un triple vitrage. Ces solutions
permettent au nouveau bâtiment de dépasser les normes Minergie. Ainsi, un système d’aération contrôlée assure un renouvellement constant de l’air et réduit dans une large mesure le recours à la climatisation. L’édifice répond en outre aux critères complémentaires du label Minergie éco,
qui s’attachent notamment à l’optimisation de l’éclairage naturel, à la réduction du bruit et à l’utilisation de matières premières facilement disponibles, qui peuvent être recyclées ou éliminées de manière biodégradable.

Divers processus de récupération ont permis de réduire la consommation d’eau, malgré l’accroissement de la production. Le refroidissement des machines sera assuré par une boucle d’eau en circuit fermé et un système de captage d’air frais à l’extérieur.
Le label hydro-locale, le lac de joux source d’énergie


Grâce à l’installation de panneaux solaires, le nouveau bâtiment produira environ un tiers de sa consommation en électricité et la totalité de ses besoins en eau chaude alors que les deux tiers restants de l’énergie électrique nécessaire au fonctionnement des nouvelles installations bénéficieront du certificat hydro-locale. Ce label est décerné par la société Romande Energie à des centrales à accumulation installées sur les cours d’eau. Le recours à cette source d’énergie propre et décentralisée atteste de la volonté de mettre en valeur les potentialités régionales.
Au début du XXe siècle, une prise d’eau aménagée dans le petit lac Brenet, adjacent au lac de Joux, a mis fin aux inondations qui frappaient périodiquement la Vallée de Joux. Un système de conduites forcées achemine cette eau à la centrale électrique de la Dernier, située à proximité
des gorges de l’Orbe, qui a donné naissance à la compagnie vaudoise des forces motrices des lacs de Joux et de l’Orbe, ancêtre de la société Romande Energie. Sa production annuelle s’élève à environ 32 millions de kWh. Aujourd’hui déjà, un dixième de la production de la
centrale est réservé à la Manufacture Jaeger-LeCoultre qui continuera à utiliser comme seule source d’électricité exogène une électricité « bleue », produite à partir d’une ressource naturelle issue de la Vallée de Joux.
L’attitude éco-responsable de Jaeger-LeCoultre


Hormis la satisfaction des critères spécifiques à chacun de ces deux labels écologiques, Jaeger-LeCoultre prend également en compte les impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment. Outre les exigences de confort afin de permettre aux horlogers, ingénieurs et artisans de travailler dans les meilleures conditions possibles, l’engagement éco-responsable de la Manufacture s’exprime par le recours à des matériaux à faible contenu en énergie grise, soit à la quantité d’énergie requise pour la production, la fabrication, le transport
et le recyclage de ces produits.

Ainsi, plutôt que de se limiter à respecter des normes, Jaeger-LeCoultre met en œuvre une démarche pro-active dans la perspective d’un développement durable afin de rechercher des solutions novatrices et écologiques dans la construction d’un nouveau bâtiment qui illustre à la
fois le respect absolu d’un cadre de vie à la beauté exceptionnelle et les ambitions de la Manufacture pour le XXIe siècle.