Après plusieurs contacts avec nos homologues italiens, Dominique Bussereau a annoncé le lancement dès 2009 des premières acquisitions foncières nécessaires à la réalisation du projet.

Afin de développer le trafic fret dans la traversée alpine et de promouvoir les services déjà existants, dès la fin des travaux du tunnel du Mont-Cenis, le Secrétaire d’Etat chargé des Transports a annoncé :

– la création d’une entité chargée de mettre en place un « service de pousse », facilitant l’accès de tous les opérateurs au tunnel du Mont-Cenis. Cette structure permettra une croissance du fret ferroviaire entre St Jean de Maurienne et Orbassano ;

– une gestion unifiée franco-italienne sur un itinéraire plus étendu, afin d’améliorer la régularité et l’interopérabilité des trains ;

– la mise en place dès la fin des travaux de modernisation du tunnel du Fréjus, d’un nouveau service d’autoroute ferroviaire alpine, garantissant un accroissement du trafic par la hausse des fréquences et des distances parcourues.

Enfin, Dominique Bussereau a annoncé la mise en place d’un groupe interministériel pour préparer les négociations du nouvel accord binational à signer en 2009. Ce groupe sera mis en place dans les prochains jours.

L’ensemble de ces mesures traduisent concrètement l’engagement fort du gouvernement en faveur du projet Lyon-Turin, en parfaite cohérence avec les conclusions du Grenelle Environnement.