Le Green IT représente un impératif pour les entreprises françaises : 46% des grands comptes français interrogés sont sensibilisés aux enjeux énergétiques et environnementaux du système d’information.



Dell™ annonce les résultats du premier baromètre du Green IT réalisé par IDC, dont l’objectif est d’évaluer les attitudes et les actions des Directions informatiques des entreprises2 en faveur du développement durable et de la protection de l’environnement. Cette enquête montre que 34% des entreprises en France ont d’ores et déjà mis en place certaines initiatives, tandis que 12% ont planifié le développement d’une politique informatique de préservation de l’environnement pour les prochains mois et les prochaines années.

Les entreprises françaises se situent dans la moyenne européenne : elles sont toutefois en retrait par rapport aux entreprises allemandes, anglaises et aux entreprises des pays nordiques (Suède, Norvège, Finlande et Danemark) qui sont respectivement 51%, 47% et 36% à avoir initié de tels projets. Les entreprises françaises ont cependant une plus grande maturité sur le sujet que les entreprises italiennes (24%), espagnoles (22%) ou hollandaises (21%).

Le respect de la réglementation et la réduction les coûts informatiques, principaux leviers des initiatives Green IT.

Le baromètre IDC du Green IT, réalisé à l’initiative de Dell™, met en lumière 2 facteurs principaux,
internes et externes aux entreprises françaises, qui incitent celles‐ci à investir dans des initiatives Green :

– La nécessité d’être en permanence en accord avec la réglementation en vigueur (85% des
grands comptes interrogés)

– La volonté de réduire les coûts de fonctionnement de l’informatique (80%) via, notamment, l’optimisation de la consommation électrique des équipements informatiques (78%).

Les motivations peuvent être très différentes d’un pays à l’autre : la pression des salariés est un facteur très important dans les pays nordiques (76%) et en Allemagne (58%) alors qu’il ne touche que 21% des entreprises françaises. Alors que la demande de leurs clients est un autre facteur incitatif qui pousse les entreprises nordiques (71%) et anglaises (61%) à investir dans des solutions Green IT, celui‐ci joue peu pour les entreprises françaises (31%).

Les initiatives Green IT sont partie intégrante de la responsabilité sociétale de l’entreprise

Selon Karim BAHLOUL, Directeur du Consulting chez IDC France, “Les résultats tangibles des
stratégies déployées se font attendre par certaines entreprises: moins des deux tiers (60%) des
grands comptes ayant mis en place une stratégie Green IT anticipent une réduction effective de
leurs  coûts  informatiques  dans  les  12  prochains  mois.”  Toute  la  difficulté  réside  alors  sur
l’évaluation de l’impact des initiatives Green IT sur la réduction de la facture énergétique du
département informatique.

Le  levier  de  l’investissement  informatique  vert  n’est  pas  uniquement  économique,  il  repose
également sur une volonté portée par la Direction Générale de l’entreprise : 69% des Directions
Informatiques  interrogées  ont  été  poussées  à  investir  dans  des  initiatives  Green IT  par  la
Direction Générale de leur entreprise. De même, 61% des Directions Informatiques interrogées
sont portées par la volonté de respecter les engagements pris par l’entreprise en matière de
responsabilité sociétale (RSE ou CSR, Corporate Social Responsability).

Les freins existent … mais le mouvement vers une informatique verte est lancé

L’enquête  réalisée  par  IDC  montre  également  les  difficultés  que  les  Directions  informatiques
françaises  rencontrent  lorsqu’elles  décident  d’investir  dans  des  initiatives  Green  IT :  l’absence  de  compétences en interne (52%), l’existence de contraintes considérées comme incompatibles avec
une stratégie Green IT (42%) et le manque de temps (41%) sont les trois principaux obstacles.
L’enquête  montre  que  les  entreprises  françaises  et  allemandes  sont  confrontées  aux  mêmes
difficultés.

Ce n’est  pas  le  cas  des  entreprises  anglaises,  principalement  freinées  par  le  manque d’orientation insufflées  par  les  acteurs  de  l’industrie  IT  (42%),  ni  des  entreprises  espagnoles  et  italiennes pour lesquelles le principal frein repose sur des contraintes internes incompatibles avec
une  stratégie  Green  IT  (respectivement  65%  et  56%).  Les  entreprises  hollandaises  sont  quant  à  elles  essentiellement  freinées  par  l’absence  de  mesures  permettant  d’évaluer  l’impact  du  Green  IT sur l’entreprise et sur l’environnement (37%).

Mais  malgré  ces  difficultés,  les  Directions  Informatiques  des  entreprises françaises  restent
persuadées  que  l’informatique  a  un  rôle  important  (41%)  ou  majeur  (48%)  à  jouer  au  cours  des  3  prochaines années pour réduire les impacts environnementaux de l’entreprise.

Selon IDC, les entreprises vont accélérer leurs investissements dans des initiatives Geen IT : alors
que  les  Directions  Informatiques  françaises  dépensent  aujourd’hui  5,9%  de  leur  budget  IT  dans
des  projets  “Green”,  les  résultats  de  l’enquête  indiquent  que  ce  taux  devrait  passer  à  7,9%  dans  les 2 prochaines années.

Source : Communiqué de presse Dell