Fermentalg, pionnier et leader de la recherche, du développement et de la production de microalgues a réuni 14,6 M€ d’aides et d’investissements avec le soutien d’OSEO pour lancer le 1er projet européen d’envergure autour de l’exploitation
industrielle des microalgues (EIMA). Ce projet porte sur des souches et cultures de microalgues dites « hétérotrophes » ou « mixotrophes », c’est-à-dire ne nécessitant pas ou peu de lumière, ce qui permet d’obtenir des rendements de cinquante à cent fois supérieurs aux cultures traditionnelles « autotrophes ».



capture-de28099ecran-2011-06-20-a-104954

Cet ambitieux projet rassemble un réseau de partenaires de premier plan structurant l’ensemble des filières en attente de matières premières algo-sourcées, tant industriels (Lacatalis, Pierre Guerin, Sanders, Rhodia) que scientifiques (CEA, CNRS, INSA, ITERG), soit
un consortium qui réunit plus de 120 personnes. Il vise à produire en masse des molécules d’intérêts grâce à la digestion / valorisation de substrats carbonés (produits secondaires industriels) par des microalgues pour de multiples applications. Ces microalgues remarquables produisent ainsi des molécules d’intérêt à destination de la santé, de la nutrition (via par exemple la production d’Oméga 3), de la cosmétologie mais aussi de la chimie et de l’énergie.

Le projet EIMA devrait en effet entraîner une division par 10 des coûts de production de la biomasse issue des microalgues d’ici à 5 ans, permettant à terme son utilisation pour des applications telles que la production de biocarburants.

« Cette phase d’industrialisation, qui est une première en Europe, permet de hisser Fermentalg au niveau des principaux compétiteurs mondiaux, basés aux Etats-Unis et en Chine, et nous ouvre de vastes perspectives de développement », se félicite Pierre Calleja,
président et fondateur de Fermentalg.