Une étude conjointe de l’Office européen des brevets (OEB) et du Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE) montre que les inventions dans les technologies d’atténuation du changement climatique (CCMT pour Climate Change Mitigation Technologies) ont quintuplé dans le monde en 1995 et 2011.



L’Europe joue un rôle moteur dans le processus, en première position en termes de nombre d’inventions. 

Capture d’écran 2015-12-08 à 11.34.43

 

« Les nouvelles technologies doivent impérativement prendre en compte le challenge global du réchauffement climatique, » explique Benoît Battistelli, Président de l’OEB. « Les résultats de l’étude montrent que le système des brevets, en association avec une législation claire et une politique de promotion des technologies durables, peut soutenir la recherche, le développement et l’innovation dans ce domaine, ainsi qu’encourager les échanges et les flux d’investissements. Le système des brevets participe aussi au transfert de ces technologies vers d’autres régions. »

 

Technologies vertes en hausse

Présentée au Forum pour l’Innovation Durable 2015, organisé dans le cadre de la COP 21 à Paris, l’étude montre que le nombre d’inventions dans les technologies d’atténuation du changement climatique (CCMT) a largement augmenté à l’échelle internationale depuis la signature du protocole de Kyoto en 1997 (voir Graphique 1: Hausse des inventions dans les technologies vertes). La hausse montre que les politiques mises en œuvre pour limiter le réchauffement climatique ont permis de stimuler l’innovation dans les CCMT.

 

A l’échelle mondiale, 6% des inventions concernent les technologies vertes

Dans ce domaine, les inventions ont augmenté beaucoup plus rapidement que dans d’autres, les CCMT représentant aujourd’hui 6% des inventions dans le monde, contre 2% en 1995. Les politiques publiques mises en œuvre à la suite du protocole de Kyoto semblent avoir porté leurs fruits, encourageant le développement des CCMT en Europe. En conséquence, la part du carbone dans le PIB européen a chuté de 30% au cours des dernières décennies, le Co2 par euro du PIB a quant à lui diminué d’un tiers depuis 1995 (Graphique 2: Inventions dans les CCMT et intensité du CO2 en Europe 1995-2010). Cette part est la plus faible de l’ensemble des régions développées depuis 2000.

 

L’Europe, leader mondial dans les technologies vertes

L’étude montre que l’Europe est parmi les leaders en ce qui concerne des avancées technologiques pour réussir la transition vers une économie à faible émission en carbone. Un cinquième des innovations dans les technologies durables dans le monde y sont réalisées. Si on considère les inventions dont le potentiel économique est plus important et qui sont brevetées dans plusieurs pays, la part est de 40%.

 

L’Europe joue un rôle moteur dans tous les domaines des CCMT (Graphique 3: Inventions européennes dans les CCMTpar secteur 1995-2011). A l’échelle mondiale, la plupart des inventions sont réalisées dans les domaines des énergies propres, des transports et du bâtiment. L’Europe s’est progressivement spécialisée depuis 1995 et fait partie des régions les plus avancées dans les technologies à faibles émissions de carbone.

 

La France, deuxième pour les inventions dans les technologies vertes en Europe

En Europe, 80% des inventions dans les technologies durables sont réalisées dans six pays : l’Allemagne arrive en tête, suivi par la France, le Royaume-Uni, l’Italie, la Suède et l’Espagne (Graphique 4: Inventions européennes dans les CCMTpar pays 1995-2011).

 

L’Europe joue un rôle central dans les échanges de CCMT, première région pour les importations et seconde pour les exportations de ces technologies. Elle est une source majeure d’investissement direct étranger dans toutes les régions du globe. L’étude montre que les dépôts de brevets transfrontaliers vont de pairs avec les échanges commerciaux et les investissements étrangers dans les CCMT, stimulant les transferts technologiques à l’international.

 

Téléchargement