Une start-up qui favorise « l’éco-participation » dans les entreprises

En 2013 le constat est simple : le tri des ordures tend à se généraliser dans la sphère privée mais tarde dans les entreprises.



Bon nombre de sociétés n’effectuent aucun tri ce qui amène une perte importante de déchets qui auraient pu bénéficier d’une seconde vie. Greenwishes lutte contre cela et souhaite réveiller l’éco-sensibilité des salariés dans les entreprises en mettant en place le tri sélectif. En effet la start-up installe le mobilier de tri dans les entreprises afin de dissocier les déchets recyclables comme le papier, le plastique, les cannettes, les capsules nespresso, les ampoules etc. des déchets non recyclables.

Pour arriver à diminuer l’empreinte environnementale de l’entreprise, les salariés sont formés par les experts Greenwishes afin d’être sensibilisés, éduqués et de modifier les mauvaises habitudes. Pour maximiser les résultats et challenger les collaborateurs Greenwishes envoi chaque mois à ses clients un reporting précis sur leurs performances (quantité de déchet recyclés par salariés, la qualité de leur tri, les économies d’énergie réalisées …. ).


Vous avez dit « Greenwishes » ?

Greenwishes est une entreprise fondée en 2009, sous un constat simple : le tri s’est imposé dans nos foyers mais reste absent sur notre lieu de travail. Afin de répondre à cette problématique, la start-up est lancée pour proposer aux entreprises un service de tri sélectif, de collecte et de recyclage de leurs déchets de bureaux. Greenwishes compte déjà plus de 50 références comme Danone ou Microsoft et gère déjà en avril 2013 un demi-million de mètres carrés en tri sélectif ! Greenwishes c’est aussi une entreprises récompensée par ses pères, elle a d’ailleurs été lauréat du Trophée de l’ARSEG en décembre 2012.

Cette politique s’appuie donc sur une sensibilisation de l’entreprise et de ses salariés sur le tri des déchets mais également sur une « éco-participation » basé sur une optique active et participative