Traditionnellement le domaine des grands trafics de pondéreux massifiés* (sidérurgie, charbon, BTP, céréales…), la voie navigable se développe également grâce à de nouveaux trafics de conteneurs ou de déchet. Elle a connu une croissance de 40 % en 10 ans.

Cette performance est liée à un regain d’intérêt des pouvoirs publics et des industriels pour la voie d’eau qui constitue une solution alternative au tout routier et offre de nombreux avantages logistiques.  En 2005, les industries de la sidérurgie et de la ferraille ont généré 695 702 tonnes de trafics fluvial et fluvio-maritime en Ile-de-France.

Grâce au développement des plates-formes multimodales, à l’amélioration des dessertes fluviales et au soutien du Port autonome de Paris, l’ensemble de la chaîne sidérurgique trouve sur les implantations portuaires des solutions logistiques complètes adaptées à leurs besoins d’acheminement.

Deux acteurs majeurs des secteurs sidérurgiques et de la ferraille ont restructuré leur logistique pour y intégrer le transport par voie d’eau. Les raisons qui les y ont incités, leurs approches et quelle part active prend le Port autonome de Paris dans ces actions seront développées dans ce dossier sous la forme de témoignages…

Télécharger La voie d’eau, une solution logistique d’avenir dans l’acheminement des produits sidérurgiques
et de la ferraille
.