La Commission éolienne du Syndicat des énergies renouvelables, qui regroupe la majorité des entreprises du secteur soit 195 entreprises, présentes sur toute la chaîne de valeur de la filière, attendait avec impatience la possibilité d’anticiper la signature des contrats d’achat éolien.



En effet, il était devenu très difficile pour les investisseurs de s’engager à financer un projet étant donnée la période d’insécurité juridique. La possibilité d’anticipation offerte par une clause nouvelle dans le modèle de contrat validé ce jour par la ministre permet de « dégeler » de nombreux projets éoliens et relancer ainsi, pour partie, l’ensemble de la filière, des porteurs de projets jusqu’aux industriels fournisseurs de matériels et prestataires de services.

« L’insécurité juridique actuelle fait beaucoup de mal à la filière et met en péril de nombreux emplois. La décision de la ministre offre une véritable bouffée d’oxygène aux entreprises du secteur.», déclarent Jean-Baptiste SEJOURNE, respectivement Président de la Commission éolienne du SER, et Jean-Louis BAL, Président du SER.