Le Prix de la Société Chimique de France, Division de Chimie Industrielle 2011, a été remis à Pierre Le Cloirec, professeur et directeur de l’ENSCR, l’Ecole nationale supérieure de chimie de Rennes, Albert Subrenat, maître assistant à l’Ecole des Mines de Nantes et Benoît Boulinguiez, ingénieur de recherche à l’ENSCR.



Ces 3 chercheurs ont mis au point un procédé innovant de traitement industriel des émissions gazeuses chargées en composés organiques volatils (COV), par adsorption sur textile de carbone activé et électrorégénération.

Concrètement, les COV, présents dans l’air ou le gaz à traiter, sont piégés, dans un premier temps, dans le textile de carbone grâce à la porosité de celui-ci puis dans un deuxième temps, un chauffage électrique du textile permet de le régénérer. Des cycles d’adsorption-désorption sont alors mis en œuvre afin d’effectuer un traitement en continu. Outre la préservation de l’environnement, ce procédé permet ainsi la récupération des solvants pour un éventuel recyclage. Il faut aussi noter la très faible dépense énergétique du système du fait du chauffage intrinsèque du matériau. Le procédé permet ainsi de garder sur place l’activité industrielle tout en respectant la législation et l’environnement.

De nombreuses activités industrielles utilisent et rejettent des COV, par exemple, la pharmacie, la pétrochimie, la fabrication de cosmétiques, la production de matériaux composites…. Les COV sont des gaz à effet de serre et leur caractère volatil leur permet de se propager plus ou moins loin de leur lieu d’émission. Ils peuvent donc avoir des impacts directs ou indirects sur notre santé. La France s’est ainsi engagée par des traités internationaux à diminuer fortement ses émissions de COV. Des obligations réglementaires ont été imposées aux industriels. Même si des procédés de traitement existent (oxydation, lavage, biofiltres…), il est nécessaire de concevoir des technologies innovantes et des procédés performants de protection des hommes et de leur environnement.