Dans moins de 2 mois, Steria France intégrera le premier immeuble de bureaux de grande ampleur à énergie positive réalisé par Bouygues Immobilier. Dans cette optique, un Contrat de Performance Energétique (CPE) a été développé pour assurer son exploitation dans des conditions économiques et écologiques optimales. C’est une première en France.

3

Dans une perspective écologique et afin d’intégrer des locaux dimensionnés à sa forte croissance, Steria France a lancé un vaste projet d’harmonisation de ses sites dès la fin de l’année 2009.

Après un processus de sélection, Steria a choisi un immeuble certifié BREEAM[1] Niveau « Excellent » : le bâtiment Green Office® de Bouygues Immobilier, immeuble à énergie positive, situé à Meudon (92). Afin d’accompagner l’installation dans cette nouvelle structure, un contrat visant à encadrer la gestion énergétique des locaux a été développé entre Steria France (occupant principal), Bouygues Immobilier (promoteur) et Exprimm (exploitant).

facade EST

Image © Michel Montagut

Les fondements du Contrat Performance Energétique

Ce Contrat est le premier contrat de Performance Energétique privé en France pour des immeubles de bureaux. Son objectif est de définir une gestion énergétique optimale des locaux.

Les principes du CPE s’organisent autour de 3 axes :

– – Consommer moins : un bâtiment peu consommateur, conçu selon des principes bio-climatiques, isolé naturellement, déployant des matériaux écologiques, utilisant l’inertie du béton et l’ensoleillement naturel,

– – Consommer autrement : en mettant l’utilisateur au cœur du pilotage énergétique, en le responsabilisant sur son rôle dans la maîtrise de son bilan énergétique,

– – Produire de l’énergie renouvelable : une centrale photovoltaïque et une centrale de cogénération liée à l’immeuble produisant de l’électricité dont une partie est réutilisée sur le site, le surplus étant revendu à ERDF.

La consommation sera régulée par un ensemble de procédés et d’usages dont la mise en œuvre simultanée est totalement inédite :

– Des principes d’aménagement de l’espace qui garantissent le confort des utilisateurs,

– Des conditions de vie et des pratiques en ligne avec les ambitions de l’immeuble : des conditions contrôlées de manière centrale mais laissant aux utilisateurs une marge d’action individuelle,

– Des outils de contrôle et de monitoring par type d’usage et par zone, permettant l’optimisation des consommations et l’amélioration continue des performances énergétiques du bâtiment.

Green Office® affichera ainsi une consommation énergétique réduite de 60% par rapport à celle d’un immeuble standard et de 30% par rapport aux immeubles les plus performants du marché. Au final, il produira plus d’énergie qu’il n’en consommera.

VUE HALLImage © CHATEAU CYBORG

Steria France ouvre une nouvelle voie en matière d’immobilier locatif durable

L’architecture du bâtiment a été conçue dès l’origine pour favoriser le confort tant visuel que physique des occupants. « Par exemple, les principes d’aménagement retenus respectent la philosophie du bâtiment : cloisonnement et mobilier choisis pour favoriser la circulation d’air, utilisation maximum de la lumière naturelle, sélection de teintes claires pour les aménagements, etc. Des principes d’usage du bâtiment vont aussi être partagés avec nos collaborateurs, qui, sensibilisés à des pratiques conformes aux ambitions du bâtiment seront les acteurs de cette révolution» explique François Pacoureau, Directeur des Achats et des Moyens Généraux Steria France.

« Par exemple, au lieu d’escaliers de service souvent sombres et excentrés, et donc in fine peu incitatifs, le bâtiment propose un escalier central d’accès aux étages particulièrement visible, et d’autres bien situés et naturellement éclairés. L’objectif est simple : inviter nos collaborateurs à emprunter les escaliers pour les trajets d’un étage. Nous réduisons ainsi la consommation électrique liée à l’usage des ascenseurs et favorisons l’exercice physique de nos collaborateurs », détaille François Pacoureau.

Le CPE s’appuie sur les caractéristiques techniques autour desquelles le bâtiment est construit ; il encadre l’optimisation des consommations via des outils d’adaptation en temps réel des conditions intérieures et d’autres outils de contrôle et reporting des consommations par zone et par type. « Il sera par exemple possible, au fil du temps, d’optimiser l’usage de notre bureautique en suivant les consommations par plateau, et en favorisant des matériels basse consommation, et des pratiques simples d’économies » poursuit François Pacoureau.

Enfin, le CPE couvre aussi toute la partie production d’énergie. Celle-ci est assurée au moyen de panneaux photovoltaïques disposés sur toute la longueur du bâtiment, ainsi qu’au moyen d’une centrale de cogénération produisant du chauffage et de l’électricité à partir d’huile de colza approvisionnée en Ile de France.