Aucune solution vertueuse de collecte s’inscrivant de plein pied dans le cadre d’une économie 100% circulaire – « de la collecte au recyclage en produit fini » n’existait. Canibal innove par son approche ludique et transparente. Canibal donne aux utilisateurs envie de recycler et réussit à les fédérer autour de messages clairs et éducatifs grâce à ses outils de communication (écran vidéo, affiches…) présents sur le collecteur. Aujourd’hui, Canibal reçoit le label BPI « entreprise innovante » (la première dans sa catégorie).



Cette nouvelle distinction représente un formidable atout pour poursuivre le déploiement massif de son collecteur dans tout l’Hexagone, ambitionnant même l’international. Aujourd’hui c’est déjà plus de 150 000 gestes de tri co-citoyens qui ont été réalisés à travers le parc de collecteurs de canibal

Canibal : mini centre tri, grande filière

Sous la technologie brevetée entièrement française du collecteur Canibal se cache un astucieux moyen de sensibilisation du grand public. Loin du blâme moralisateur trop souvent de mise lorsqu’il s’agit de cette thématique sensible qu’est l’écologie, l’équipe Canibal a préféré miser sur l’éducation ludique du citoyen pour faciliter le passage à l’acte. Au total, ce sont déjà 75 000 personnes qui ont été séduites par Canibal et plus de 150 000 gestes de tri éco-citoyens ont été initiés depuis le lancement du premier collecteur.

Canibal est l’unique collecteur capable de reconnaitre, compacter et trier en même temps les 3 déchets boissons principaux que sont les canettes, les gobelets et les bouteilles plastiques. L’utilisateur dépose son déchet et déclenche alors un jeu sur l’interface interactive et tactile. Il est également informé en temps réel, à travers les messages de l’écran vidéo du collecteur, du nombre de gestes déjà effectués sur cette machine par les autres utilisateurs et des économies de CO2 réalisés grâce à leur action.

« Toute la différence de Canibal réside dans notre approche. Nous donnons envie de recycler sans culpabiliser ou punir ! Et, ça en France… c’est très innovant. Nous ne sommes pas dans un discours moralisateur. Nous avons développé un collecteur interactif et ludique. Au cours de nos développements, nous avons optimisé notre collecteur pour être en totale adéquation avec les attentes des français. Aujourd’hui, nous avons réussi à convaincre des secteurs très différents du hors domicile comme les lieux publics (gares, aires d’autoroute), la restauration rapide, les entreprises privées, les acteurs événementiels, les écoles/collèges/lycées, etc…) . L’adhésion des utilisateurs et le satisfecit de nos clients sont la meilleure preuve que notre approche fonctionne ! » explique Benoit Paget – Président et co-fondateur de Canibal


Un mini centre de tri révolutionnaire, porte d’entrée d’une filière organisée

Mais le collecteur Canibal ne s’arrête pas là : derrière cette ingénieuse machine s’en cache une autre de bien plus grande envergure basée sur la transparence. Car une fois récoltés et triés, les déchets boisson hors domicile sont acheminés auprès des industriels partenaires de Canibal (Constellium, APPE, ArcelorMittal, Cornec, GreenDustries, etc.) qui les revalorisent en créant des produits finis contenant des matériaux recyclés.

Et c’est clairement une révolution : pour la première fois, le citoyen peut réellement prendre conscience de son geste : en déposant sa canette, son gobelet ou sa bouteille plastique dans le collecteur Canibal, le citoyen, sait et surtout voit que son geste aura un impact direct : plutôt que de finir inutilisé à la poubelle, son déchet sera transformé.