Une équipe de recherche du Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés (LISBP), vient de mettre au point un système de traitement du biogaz (produit à partir de fumier agricole), en séparant le CO2 et le méthane.

Le méthane ainsi obtenu permet d’alimenter des véhicules au GNV. Deux brevets ont dernièrement été déposés.

La transformation du fumier en biogaz est aujourd’hui maîtrisée. Mais ce biogaz comprend 40% de gaz carbonique et 60% de méthane, ce qui le rend partiellement exploitable. Gilles Hébrard, Professeur au LISBP, a mis au point un procédé novateur : l’EPUROGAS, permettant de séparer ces deux gaz pour rendre leur réutilisation plus aisée au sein même des exploitations agricoles. Le méthane purifié permet de faire tourner des moteurs conventionnels pour générer plus proprement de l’électricité utilisée sur place ou délivrée sur le réseau ou peut servir comme gaz carburant GNV. Alors que le CO2 peut être utilisé directement dans les serres pour accélérer la croissance des cultures ou faire croitre des algues nutritives.