L’objectif de ce nouveau traitement est de substituer aux installations existantes, des unités de traitement plus performantes et plus modernes, de proposer un traitement des eaux plus poussé notamment sur l’azote, et de permettre ainsi au service public de l’assainissement francilien de répondre aux exigences de la Directive Cadre sur l’Eau sur le bon état écologique des eaux.



Le nouvel équipement sera composé de deux files parallèles de traitement biologique des pollutions azotées, carbonées et phosphatées : la biofiltration et l’ultrafiltration membranaire :

– la file biofiltration sera en charge de 80% des volumes entrants de l’usine : les unités de dénitrification existantes seront renforcées, avec plus de 150 biofiltres qui permettront une grande souplesse de fonctionnement par rapport aux variations de débits en entrée d’usine (variations journalières, temps de pluie…)

– la file membranaire pour la dépollution des 20% des volumes restant : 462 000 m² de membranes, agissant comme une barrière physique, permettront d’obtenir une eau d’une qualité conforme aux exigences environnementales les plus strictes. En outre ce système physique ne nécessite pas de réactifs chimiques, ce qui contribue à limiter la consommation de réactifs dans le fonctionnement global de l’activité. Un avantage environnemental et économique.