Telma propose une solution concrète face à la pollution urbaine : le frein à induction électromagnétique !

Il s’adapte sur les poids lourds, transports urbains, bus, camping-cars, camions de collectes de déchets … et permet de réduire de 85% l’émission de particules fines en ville en comparaison à un véhicule sans dispositif Telma.



Telma, des dispositifs de freinage permettant de réduire les particules fines en ville

Ces particules fines proviennent essentiellement de la pollution due au trafic routier. Son coût en France est évalué à environ 11.6 milliards d’euros. 74% de ces particules fines sont engendrés par les gaz d’échappement et 26% par les freins, pneus et route.
Si le véhicule roule au gaz issu de la bio-méthanisation comme par exemple les véhicules GNV d’IVECO, les freins représentent alors 66% des particules émises par le trafic routier !

La technologie des ralentisseurs Telma est basée sur le principe physique de l’induction électromagnétique.

Le groupe Telma est le leader mondial du freinage sans friction. Cette PME industrielle française fabrique 12 000 freins à induction par an pour les secteurs du transport et de l’industrie.

Sans friction, ce système n’émet aucune particule fine contrairement aux plaquettes et freins dont le ralentisseur Telma évite en outre l’usure et donc leur impact sur l’environnement.

En Avril 2016, le cabinet indépendant EVEA a réalisé une étude ACV (Analyse des Cycles de Vie) sur les dispositifs Telma.

L’ACV est un outil d’analyse multicritère des impacts environnementaux des produits, de leur conception à leur recyclage, en passant par leur utilisation. L’étude a été opérée sur des véhicules de collecte des ordures ménagères avec et sans système TELMA. Ce type de véhicule en zone urbaine passe 80% de son temps à l’arrêt, 38% à accélérer et 22% à freiner.

Les résultats sont éloquents ! En comparaison avec un véhicule équivalent sans Telma, le dispositif Telma permet de réduire de :

  • 85% l’émission de particules fines
  • 62% les effets sur la destruction de la couche d’ozone
  • 65% la toxicité humaine non cancérigène
  • 75% l’épuisement des ressources naturelles
  • 81% l’acidification
  • 81% le changement climatique
  • 82% l’ozone photochimique

Ces effets sont notamment dus à une réduction drastique des consommations de plaquettes et disques de frein permettant de réduire les impacts environnementaux qu’ils génèrent. L’effet sur la réduction de la pollution de la technologie Telma est d’autant plus efficace lorsqu’elle est installée sur des véhicules avec arrêts fréquents et roulant à faible vitesse (collecte de déchets ménagers, collecte et livraison de courriers, colis ou marchandises, bus…).